Helmut Federle

 ( 1944, Soleure, Suisse)

Biographie

Suisse, Helmut Federle est né en 1944 à Soleure (Suisse). Tenté aussi bien par la musique que par la peinture au cours de son adolescence, il opte à l’âge de 20 ans pour les Beaux-Arts et s’inscrit à la Kunstgewerbeschule de Bâle, une des écoles les plus renommées de son pays et dont le directeur était alors le célèbre typographe Emil Ruder. Il y restera jusqu’en 1969 et terminera sa scolarité dans l’atelier de peinture de Franz Fedier, qui l’a – semble-t- il – marqué par son exemple, ainsi que les tableaux de Barnett Newman, de Mark Rothko et de Clifford Still qu’il découvre seul en fréquentant les musées de Bâle. De cette époque date sa connaissance de l’art américain et l’influence qu’il n’a cessé d’exercer sur lui, de même que la découverte de l’Inde, de l’Afghanistan et du Népal, où il se rend dès 1969. En 1971- 1972, il réside à Paris à la Cité internationale des arts.

À partir de 1979, Helmut Federle séjourne à New York. Cette ville va exercer sur lui une influence décisive : il radicalise ses compositions, fait disparaître toute allusion à la réalité, travaille la facture, modifie ses couleurs, accentue le rôle des valeurs. Et change ses formats : New York Painting II (1980) mesure 2,35 x 3,40 m. En 1983, il quitte New York pour s’installer à Zurich puis décide en 1985 de se fixer au cœur de l’Europe centrale, à Vienne, pour y poursuivre son travail.
Présentation

Au milieu des années soixante-dix, Helmut Federle dessinait et peignait des montagnes ; des dessins figuratifs reviennent dans son œuvre après 1977, alors même qu’il s’est fait connaître comme un des artistes les plus engagés dans le retour de l’abstraction (au côté de John Armleder et d’Olivier Mosset, pour ce qui concerne la Suisse). Il n’a pas abandonné cette sorte de romantisme de ses débuts. Il partage avec certains tenants de la scène de la rock music (plus précisément du mouvement punk) – musique qu’il a par ailleurs pratiquée – un certain pessimisme.
Son art est traversé de nostalgie distanciée, de considérations sur la mort et il avoue une « forte préoccupation d’ordre sentimental, religieux, non mathématique ». Aussi son abstraction ne saurait être appréhendée du seul point de vue formel. Il est davantage intéressé par les relations que la peinture géométrique a toujours, selon lui, « entretenues […] avec certains aspects situés à l’extérieur de l’image ». Helmut Federle a exposé en 1985 à l’Apac, à Nevers, avec Christian Lindow.
Sans titre, de 1980, date d’une période cruciale où, sous le choc de l’accueil négatif fait à son exposition de Bâle, Helmut Federle a décidé de quitter la Suisse pour s’installer à New York (1979-1983). Il se trouve dans ce qu’il qualifie lui-même de « situation de rupture » qui affecte la composition, le chromatisme d’une peinture dans laquelle toute allusion à la réalité disparaît. Il va jusqu’à parler des « couleurs du suicide ».
Les toiles réalisées à partir de 1977 et présentées à Bâle en 1979, se caractérisaient déjà par le rejet, sur les bords, de rectangles de format moyen aux tons gris différents. Xavier Douroux et Franck Gautherot y voient un « envahissement du champ [pictural] à partir des limites extérieures ». Dans plusieurs de ces toiles, l’artiste utilisait déjà une bipartition, issue de dessins dans lesquels il jouait de l’effet de double page. La peinture est ici exécutée sur deux panneaux d’aluminium marouflé qui ne sont pas tout à fait identiques. Le décalage est perceptible conférant à l’œuvre un surcroît de tension.
Le jaune et le gris délavés soutiennent l’effet de pauvreté, une pauvreté dont seul l’examen attentif de la transparence des badigeons, laborieusement superposés, peut dénoncer combien elle est surinvestie de soins mystiques et existentiels.

Christian Besson
Expositions de groupe à la galerie
La Ligne Passée, Luxembourg
30 Juin - 16 Septembre 2012


Expositions Personnelles

2004
“Helmut Federle – A Nordic View by Erik Steffensen”, Galerie nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne
2002
“Helmut Federle”, Musée des Beaux-Arts de Nantes, Nantes
1999
“Helmut Federle”, Kunsthaus Bregenz, Bregenz
1998
“Helmut Federle”, IVAM Centro Julio González, Valence
1997
“Helmut Federle, XLVII Biennale Venedig”; Pavillon suisse, Biennale, Venise
1995
“Helmut Federle”, Kunstmuseum Bonn, Bonn
“Helmut Federle”, Galerie nationale du Jeu de Paume, Paris
1992
“Helmut Federle”, Kunsthalle Zürich, Moderna Museet, Stockholm, Museum Fridericianum, Cassel
1991
“Helmut Federle”, Wiener Secession, Vienne
1989
“Helmut Federle. Bilder und Zeichnungen 1975–1988”, Museum Lange, Kunsthalle Bielefeld et Kunstverein, Hambourg
“Helmut Federle. Peintures, dessins”, Musée de Grenoble, Grenoble
1988
Donald Young Gallery, Chicago Galerie nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne
1987
“HF”, Mary Boone Gallery et Barbara Gladstone Gallery, New York
1985
“Helmut Federle. Bilder, Zeichnungen”, Museum für Gegenwartskunst, Bâle ; Städtische Galerie Regensburg, Ratisbonne, Haags Gemeentemuseum, La Haye
1983
“Helmut Federle, Peinture 1979 à 1983 – Regard sur le présent 3”, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
1979
“Helmut M. Federle. Bilder 1977–1978”, Kunsthalle Basel, Bâle
1971
“Hel. M. Federle”, Galerie Riehentor, Bâle

Expositions Collectives

2007/2008
“Ferdinand Hodler”, Musée d’Orsay, Paris
“Japan und der Westen. Die erfüllte Leere”, Kunstmuseum Wolfsburg, Wolfsburg
2001
“Ornament und Abstraktion”, Fondation Beyeler, Bâle
1997
“Abstraction/Abstractions”, Musée d’Art moderne, Saint-Étienne
“Voglio vedere le mie montagne - Die Schwerkraft der Berge 1774-1997”, Aargauer Kunsthaus, Aarau, Kunst.Halle.Krems
1996
“Monochromie Geometrie”, Sammlung Goetz, Munich
1993
“Équilibre”, Aargauer Kunsthaus, Aarau
1989
“Bilderstreit, Widerspruch, Einheit und Fragment in der Kunst seit 1960”, Museum Ludwig/Rheinhallen, Cologne
“256 Farben & Basics on Form. Werkdialoge zwischen Analogie und Widerspruch”, Stiftung für konkrete und konstruktive Kunst, Zurich
1986
“Abstraits”, Le Consortium, Dijon
“Tableaux abstraits”, Villa Arson, Nice
“Abstrakte Malerei am Beispiel von 3 europäischen und 3 amerikanischen Künstlern: Helmut Federle, Imi Knoebel, Gerhard Richter, Robert Mangold, Brice Marden, Robert Ryman”, Galerie nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne
“The Spiritual in Art: Abstract Painting 1890-1985”, Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles, Museum of Contemporary Art, Chicago, Haags Gemeentemuseum, La Haye
1981
“John M Armleder, Martin Disler, Helmut Federle”, Centre d’art contemporain, Genève
L’art moderne et contemporain, Larousse, Paris, 2007
L’art dans le paysage du tramway d’Orléans, Réunion des musées nationaux, Paris, 2002
Helmut Federle, Musée des Beaux-Arts, Nantes, 2002
Helmut Federle, XLVII Biennale, Venedig, Bundesamt für Kultur, Lars Müller Publishers, Baden, 1997
Helmut Federle, Galerie nationale du Jeu de Paume, Réunion des musées nationaux, Paris, 1995
Helmut Federle, Peintures, dessins, Musée de Grenoble, Grenoble, 1989
Helmut Federle peintures 5 + 1, Peter Blum Éditions, New York, 1990
Helmut Federle 1979 à 1983 - Regard sur le présent 3, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, 1983