Jean-Michel Meurice

SAISONS

17 Mai - 20 Juin 2013

Paris




Artiste de l'exposition : Jean-Michel Meurice


 L'exposition de Jean-Michel Meurice, Saisons se déroulera en deux temps : du 17 Mai au 1er Juin avec des œuvres allant de 1973 à 1982 et du 06 au 20 Juin avec une présentation d'œuvres plus récentes, de 1982 à 2012. Le vernissage de la Saison 2 aura lieu le 06 Juin à 18h.

Faire ses gammes

Pour être peintre, écrit Eugène Delacroix en 1847, « il faut l’érudition comme au compositeur, mais il faut aussi l’exécution comme au violon 1» ; il faut être « assez habile pour faire le croquis d’un homme qui se jette par la fenêtre, pendant le temps qu’il met à tomber du quatrième étage sur le sol » ; en somme il faut de l’exercice.
Jean-Michel Meurice, né en 1938, malgré qu’il ait été le peintre abstrait le plus talentueux de sa génération, celle du moment Supports/Surfaces, mouvement dont il fut proche, revient depuis quelques années à l’étude du trait et au croquis. Longtemps, on le sait, son travail s’est manifesté dans l’intensité de traces vives, répétitives et parallèles sur des supports variés (films d’aluminium, toile trouée ou vinyls). Mais ce parti, figé dans un moment crucial de l’histoire même de la peinture, n’a plus de raison d’être. Il faut déceler sans sa récente figuration végétale l’irréfragable envie de peindre contre les querelles esthétiques et idéologiques. Ce « retour au monde », marqué par des phénomènes de pure apparition, est singulièrement poignant dans les Belles de nuit et les Ipomées, séries où fleurit le dessin au milieu des couleurs.
Le motif que l’artiste privilégie, loin d’être anodin, est celui de l’épure académique, de la matière des fleurs si pleines de lignes et pourtant si transparentes qu’elles laissent à travers leurs pétales paraître la lumière. La fleur, des Flamands aux récentes tentatives de David Hockney de peindre sur des tablettes numériques, est un objet d’exercice, celui par lequel, à l’instar de la métaphore d’Eugène Delacroix, le peintre révise ses gammes. Au lieu de notes, Jean-Michel Meurice joue des tons. Sa figuration prend racine sur des fonds traités comme de pures abstractions. Lui qui fut l’auteur des propositions les plus radicales de son art dans les années 70, prend le soin aujourd’hui de développer une palette humble et pourtant rayonnante. Voilà qui en dit long sur la peinture et le métier de peintre : le premier élève d’un maître, c’est peut-être lui-même.  



Informations Pratiques

Ceysson & Bénétière
23 rue du Renard 75004 Paris

Horaires:
Mardi – Samedi
11h – 19h
T: + 33 1 42 77 08 22