Pierre Buraglio



17 Novembre 2012 - 02 Février 2013

Luxembourg




Artiste de l'exposition : Pierre Buraglio


 Qu’y a t-il encore à montrer de Pierre Buraglio et de Jean-Michel Meurice ? Tout, précisément. Les artistes sont insubmersibles, lancés dans une course libre, de pôle en pôle, depuis 40 ans. Pareille aux blocs de glace, la surface visible de leur œuvre n’est qu’un détail de l’ensemble.
Les montrer côte à côte, après tant d’expositions personnelles et de groupe, c’est pour la galerie Ceysson l’assurance de continuer à défendre la peinture. Dans l’éclectisme des œuvres choisies par Buraglio depuis les années 60 et la récente figuration végétale de Meurice, il faut déceler l’irréfragable envie de peindre. Les deux artistes ont partagé entre autres le moment Supports/Surfaces et pris par la suite des motifs différents. On observe pourtant chez ces deux tempéraments, pour toujours liés à la déconstruction du noème pictural, un « retour au monde ». Comment revenir d’une telle radicalité ? Comment passer des châssis démontés aux formes narratives, des triangles aux visages ? L’un et l’autre peignent désormais à vue.
Ce retour à la figuration dit l’essence de leur art. On objectera que d’autres, après avoir versé dans le conceptualisme ou le minimalisme n’en sont jamais revenus. C’est que l’obstination chez Meurice, comme chez Buraglio, n’a pas été seulement formelle, mais conjoncturelle. La peinture aujourd’hui, grâce à eux, n’est plus la peinture d’hier. Elle s’est vidée peut-être de toutes les querelles esthétiques et idéologiques pour revenir au pur phénomène d’apparition. C’est peut-être de cela qu’il s’agit dans l’exposition commune de Pierre Buraglio et Jean-Michel Meurice, de rétablir pour seule doctrine l’apparence.
 



Informations Pratiques

Ceysson & Bénétière
Luxembourg