Claude Viallat

L'œuvre du peintre Claude Viallat appartient à une esthétique née au milieu des années 1960, pour laquelle la question du renouvellement total des formes n'est pas pertinente. Partir d'une forme pr...


Tania Mouraud

Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médiums : peinture, insta...


Bernard Pagès

Bernard Pagès est un sculpteur français contemporain né à Cahors dans le Lot en 1940. Il participa à l'aventure Supports/Surfaces. Il arrive en 1959 à Paris. C'est à l'Atelier d'Art Sacré qu'il pre...


Claude Viallat. Et pourtant si... Carré d'Art Nîmes

Pour la première fois, la ville natale de Claude Viallat, où il vit et travaille depuis plus de 40 ans, présente une large sélection de ses œuvres récentes, qui investit tout l’espace de Carré d’art. Allant puiser dans le creuset tout proche de l’atelier nîmois, elle donne à voir toute la générosité d’une œuvre « nombreuse et spiralée » comme l’artiste la décrit lui-même.

Membre fondateur du mouvement Supports/Surfaces, figure historique de l’abstraction française, Claude Viallat développe sans relâche une œuvre à la fois immédiatement reconnaissable et sans cesse en mouvement. En plus de sa peinture, l’exposition présente de nombreux objets : entre la sculpture et l’assemblage fortuit, toujours en équilibre précaire mais d’une élégance absolue, leur simplicité joueuse ne cesse de dialoguer avec l’intense jouissance formelle et chromatique de sa peinture.

Jeu empirique avec la matière, reprise déplacée de gestes premiers renvoyant aux origines mêmes de l’art et du faire, son œuvre conjugue cette pulsion ornementale et colorée au futur antérieur, puisant à la source des premiers artefacts préhistoriques autant que dans les avant-gardes des années 1960, des pratiques venues des quatre coins du monde à un ancrage résolument méditerranéen. La splendeur polychrome de son œuvre fait de Claude Viallat un des plus grands coloristes de l’histoire, associant à une modestie presque austère des moyens l’ingéniosité gracieuse d’un créateur de formes des origines. La sensualité à la fois subtile et luxuriante de cette œuvre en expansion constante ne cesse d’étonner, de donner à sentir et à penser depuis maintenant presque 60 ans.

Publication d’un catalogue, avec un texte de Matthieu Leglise et des écrits de Claude Viallat. Exposition jusqu'au 3 mars 2024. 


Toni Grand - Morceaux d'une chose possible - Musée Fabre

À partir du 20 janvier 2024,

Pour présenter au public le travail important et remarquable d’un sculpteur peu montré ces dernières années, et ancré dans le territoire montpelliérain, le Musée Fabre à Montpellier dédie l’ensemble de son espace d’exposition temporaire au sculpteur Toni Grand (1935-2005). Cette importante rétrospective qui réunit près de soixante-dix œuvres, dont certaines monumentales, souhaite inviter le public le plus large possible à (re)découvrir une figure essentielle de la seconde moitié du XXe siècle, dont l’œuvre a pourtant été peu montré ces dernières décennies.

En rendant visible l’importance du travail de l’artiste, l’exposition Toni Grand. Morceaux d’une chose possible permettra ainsi d’éclairer et de donner les clefs de compréhension de l’un des jalons essentiels de la sculpture contemporaine, qui a influencé nombre d’artistes (Richard Deacon, Katinka Bock ou encore le chorégraphe Boris Charmatz). Elle aspire à montrer comment l’artiste a renouvelé durablement le langage artistique de son époque par l’invention de nouvelles formes et l’usage de matériaux jusqu’alors inexploités dans le champ artistique. 

Après la rétrospective consacrée à Germaine Richier, avec cette nouvelle proposition, le musée Fabre ambitionne de donner à ses visiteurs les moyens de penser l’articulation de deux moments clés de la sculpture française et internationale, en lien avec son territoire et ses collections.