Étienne Hajdu

Biographie

Etienne Hajdu est né le 12 août 1907 en Transylvanie (Roumanie) et est mort en 1996 à Bagneux. Il est un sculpteur de la "Nouvelle Ecole de Paris". Après des études à l'Ecole technique d'Arts Décoratifs d'Ujpest à Budapest, entre 1923 et 1925, puis des études, en 1926, pendant trois mois, à l'Ecole des Arts Décoratifs de Vienne (Autriche), il gagne Paris en 1927 sur les conseils d'un sculpteur norvégien qui remarque son talent. Il devient l'élève de Bourdelle pendant six mois à l'Académie de la Grande Chaumière puis celui de Niclausse à l'Ecole des Arts Décoratifs jusqu'en 1929. Il est naturalisé français ce qui l'engage à effectuer son service militaire ; il l'exécute en 1931 et 1932. A son retour en 1933, il commence ses premières scultpures abstraites. Dès 1935, il entreprend de nombreux voyages d'études notamment en Hollande, en Grèce et en Crête. En 1939, il peut exposer avec Szenes et Vieira da Silva à la galerie Jeanne Bucher. Après avoir été mobilisé puis démobilisé, il rentre à Paris en 1945 où il décide de "recommencer la sculpture à zéro". En 1956, il obtient sa première exposition personnelle chez Jeanne Bucher. En 1947, il devient professeur de sculpture au sein de l'atelier de Fernand Léger dont il connaît le travail depuis 1929. En 1950, il fait construire son "atelier-maison" à Bagneux. Entre 1966 et 1976, Étienne Hajdu crée un nombre important de décors et de formes pour la Manufacture nationale de Sèvres. Il illustre d'estampilles "Règnes", poèmes de Pierre Lecuire (1961), "Le Corps clairvoyant", poèmes de Jacques Dupin (1963) "Héraclite", fragments traduits par Clémence Ramnoux (1965), "Ode à la neige", poème d'Henri Pichette (1967), "Le Chant des voyelles" textes du "Livre des Morts" égyptien (1974). Il reçoit en 1969 le Grand prix de sculpture.

Présentation

L'abstraction apparaît dans l'œuvre d'Hajdu dès 1932-1934 mais c'est à partir des années 1950 qu'il crée son style particulier. Hajdu a réalisé des sculptures, bas-reliefs et hauts-reliefs en bois, marbre et onyx, bronze et plomb, aluminium et cuivre mais aussi des "estampilles" sur papier. Dès 1948, il fabrique ses premiers reliefs en cuivre martelé. En 1952, il commence à utiliser l'aluminium dans ses reliefs et réalise, entre 1953 et 1954, un grand relief en cuivre rouge martelé pour le lycée de Marseilleveyre. Le relief est une façon, pour Etienne Hajdu, de mêler sculpture et architecture. A partir de 1956, il décide de "sculpter" le papier en créant ses premières estampilles, formes creusées dans le papier où il peut jouer sur le rapport ombre/lumière sur la page. En 1965, il adapte ce procédé à la céramique pour la Manufacture Nationale de Sèvres.

[source wikipédia]
Expositions de groupe à la galerie
50: Les années fertiles, Luxembourg
30 Juin - 31 Août 2011

Olivier Debré - Étienne Hajdu , Luxembourg
19 Juin - 01 Août 2009


Expositions personnelles

1993
Exposition à la fondation de Coubertin.
1991
Musée d’art moderne de Toulouse
1983
Musée Saint-Denis à Reims
1979
A Paris, Musée national d'art moderne
1978-1979
Exposition itinérante dans plusieurs musées français (Dijon, Caen, Calais, Dunkerque, Bordeaux, Sochaux) ainsi qu’en Hongrie, Roumanie et à Tunis.
1974
A Lisbonne, fondation Calouste Gulbenkian
1973
A Paris, Musée national d’art moderne
1961
Exposition itinérante en Allemagne aux musées de Hanovre, Dortmund, Manheim et Leverkusen
1955
Le MoMa de New York, The New Decade
1946
Etienne Hajdu - Galerie Jeanne Bucher, Paris

Expositions collectives

2007
Augenlust - Kunsthaus Apolda Avantgarde, Apolda
2003
Arbeiten auf Papier - Galerie Dreiseitel, Cologne
1964
documenta 3 - Documenta, Cassel
1959
documenta 2 - Documenta, Cassel
Robert Ganzo, Hajdu, Le Musée de Poche, Georges Fall, Paris, 1957 (32 p. et 16 planches).
Michel Seuphor, La sculpture de ce siècle, Éditions du Griffon, Neuchâtel, 1959.
Ionel Jianou, Étienne Hajdu, Arted, Paris, 1972.
Étienne Hajdu, Musée national d'art moderne, Paris, 1973 (70 p.).
Étienne Hajdu, oeuvres sur papier, préface de Pierre Georgel, Centre Georges Pompidou, Paris, 1979 (60 p.) (ISBN 2858500835).
Jacques Dupin, L'Espace autrement dit, Galilée, 1982 [La sculpture d'Étienne Hajdu, pp. 81-89]
Ionel Jianou, Gérard Xuriguera, Aube Lardera, La sculpture moderne en France, Paris, Arted Éditions d'Art, 1982.
Pierre Descargues, Étienne Hajdu, dessins, L'Œil du Griffon, 1987.