LuLLabIES

Sadie Laska et Sara Magenheimer

20 Mars - 01 Mai 2021

LuLLabIES

Sadie Laska et Sara Magenheimer

20 Mars - 01 Mai 2021




 

Je n’étais pas vraiment sûre de ce qu’il

avait en tête et je soupçonnais que ce n’était ni


de prendre des morceaux

qui avaient fait partie d’un tout et

de les poser les uns à côté des autres

et profiter de ce que cela avait donné quand je l’avais fait c’était nouveau

ils n’avaient jamais

été ensemble auparavant

les choses qui faisaient autrefois partie d’un tout étaient désormais ensemble


J’ai senti

mais les autres ne sauraient pas


ils n'auraient pas su non plus


nous pouvons déduire de ce qui reste


l'esprit organise les choses de maintes façons,

plus surprenantes que ce qu’on peut faire mécaniquement

plus surprenantes que ce que je peux faire en pensant m'asseoir et découper les morceaux


— Mira Dayal, « Radical Coherency (After David Antin) »


Ceysson & Bénétière est heureuse de présenter LuLLabIES, une exposition rassemblant les travaux de Sadie Laska et Sara Magenheimer. Cette exposition restera ouverte chez Ceysson & Bénétière New York du 20 mars au 1er mai 2021.


Accoucher est difficile pour une mère, potentiellement mortel et probablement traumatisant. Il est fréquent de ne pas parler des aspects les plus sombres d’un tel heureux événement, car cela jetterait une ombre sur l'origine de chacun de nous. La naissance est confusionnelle, chaotique et violente, et vue de l'extérieur, elle peut ressembler à la mort. C’est le serpent qui se mord la queue. Les petits draps de lit de Sara Magenheimer imprimés avec des photographies complexes de chez elle et de son atelier sont disposés autour du matelas du berceau. À la fois fragile et réconfortants, ces supports semblent attendre les âmes collées comme des mouches aux vêtements abandonnés dans le travail de Sadie Laska. C'est la partie du moi qui vient avant ou après le corps, l'état de conscience intermédiaire qui vient immédiatement après la mort ou juste avant la naissance. À l’instar d’une corde de sécurité traversant l’exposition, un extrait d'un poème de cinquante pages que Magenheimer a écrit au cours de son année de quarantaine, une année qui a vu l’escalade du fascisme américain, les violentes démonstrations de racisme omniprésent, une tentative de coup d'État et la transition tendue du pouvoir entre deux administrations présidentielles. Ce poème est un virus dans le sens où il contamine tout ce qu’il touche. Ces œuvres, ainsi que les drapeaux, les dessins, les collages et les peintures, qui complètent la constellation d'une collaboration, composent un enregistrement de conversation et de rage métabolisée, un spectacle né de paquets transportés par l’USPS et de SMS entre amis.


Sadie Laska, Sara Magenheimer et Mira Dayal, janvier 2021



Sadie Laska (née en 1974 à Prince, Virginie-Occidentale) est une artiste et musicienne, qui vit et travaille dans le Queens. En 2013, elle a obtenu maîtrise ès-arts (MFA - Master of Fine Arts) au Bard College. Le travail de Laska a été exposé dans le monde entier à l’occasion d’exposition individuelles aux galeries Canada (New York), Oce Baroque (Bruxelles), KS Art (New York) et Ceysson & Bénétière (Paris, Saint- Étienne, Luxembourg et Genève). Laska a aussi participé à une exposition avec deux autres artistes à la Newport Street Gallery de Londres, organisée par Damien Hirst. De plus, son travail a été présenté dans le cadre d'expositions collectives à la Night Gallery de Los Angeles, à la Gavin Brown’s Enterprise, à l’espace White Columns, à la galerie Marlborough, à la galerie James Fuentes, toutes situées à New York, pour n’en citer que quelques-une. Le groupe de Laska, I.U.D., s’est produit dans des salles telles que le Whitney Museum of American Art, le MoMA PS1, The Kitchen, ISSUE Project Room, Astrup Fearnley et la Kunsthalle Zürich.


Sara Magenheimer (née en 1981 à Philadelphie, Pennsylvanie) est une artiste, écrivaine et musicienne, qui vit et travaille dans le nord de l'État de New York. Elle a pris son baccalauréat en arts (BA - Bachelor of Arts) et a obtenu un diplôme d’études post-secondaires en beaux-arts (BFA) en 2004 à l'université Tufts (SMFA -School of the Museum of Fine Arts) de Boston, et  enfin une maîtrise au Bard College en 2013 Parmi ses expositions individuelles les plus récentes, on compte celles du New Museum (New York) du Portland Institute for Contemporary Art (Portland - Oregon) des galeries The Kitchen (New York) et Chapter NY, de l’Art in General, du Kim? de Riga (Lettonie) du Center for Ongoing Research & Projects, Columbus (Ohio), du centre d’art JOAN (Los Angeles) et de l'espace d’exposition Recess (New York). Ses vidéos ont été projetées au Flaherty Seminar, dans le cadre de l’International Film Festival de Rotterdam (Hollande), à la Brooklyn Academy of Music, au Festival du film de New York, au Festival d'images de Toronto, à la cinémathèque Anthology Film Archives, New York, NY, à l’EMPAC (Experimental Media and Performing Arts Center) de Troy, NY et au Musée d’Art Contemporain de Chicago. Ses œuvres ont été exposées partout dans le monde, comme à la Futura Gallery de Prague (Tchéquie), au Living Art Museum de Reykjavik (Islande), au centre d’art contemporain Kim? de Riga (Lettonie), et au c.o de Stockholm (Suède). Elle a été bénéficiaire d’une bourse de la Fondation Rema Hort Mann en 2014 et d’une bourse Artadia en 2015. Elle est lauréate du Prix De Varti qui lui a été décerné à l’occasion du Festival du film d'Ann Arbor en 2015 et a reçu une subvention d'urgence de la Fondation pour les arts contemporains en 2020. Magenheimer est l’auteure de « Notes sur l’Art et la Résistance de A à Z », un PDF téléchargeable achevé au cours de l’année qui a suivi les élections présidentielles américaines de 2016. En 2019, Wendy's Subway a publié « Beige Pursuit », le premier ouvrage de Magenheimer. Magenheimer est professeure adjointe de nouveaux médias au SUNY, ’université d'État de New York située à Purchase.

 




Artistes de l'exposition :
Sadie Laska
Sara Magenheimer


Informations Pratiques

Ceysson & Bénétière