Rachael Tarravechia

Née en 1995, en Charlotte, North Carolina, États-Unis.

Vit et travaille à Brooklyn, New York, États-Unis. 


   Présentation

Rachael Tarravechia est née en 1995 en North Carolina. Elle s’est diplômée en peinture au Savannah College of Art and Design de Savannah, en Géorgie, au printemps 2018. Elle a exposé ses œuvres aux États-Unis, à Hong Kong et en France. Son travail explore la lisière entre le privé et le public et tente de capturer des moments fugaces et intimes. Ces moments dans une pièce que quelqu’un vient de quitter, où il n'y a plus personne, ni téléphone, ni appareil photo, mais dans laquelle l’aura humaine persiste encore. Rachael Tarravechia vit et travaille à Brooklyn, à New York.


   Formation

2018         B.F.A., The Savannah College of Art and Design, Savannah, Georgia



   Prix

2018

Summa Cum Laude, Savannah College of Art and Design

BFA Painting Showcase Best in Show, Savannah College of Art and Design

Winter Painting Showcase Honorable Mention, Savannah College of Art and Design


2014-2018

La liste de dean, Savannah College of Art and Design

Bourse de réussite, Savannah College of Art and Design

Bourse académique, Savannah College of Art and Design


Rachael Tarravechia présente une série d’œuvres sur le thème de la « folie à deux ». La « folie à deux » est l’idée selon laquelle deux personnes sont poussées au bord de la folie par des facteurs extérieurs à leur volonté. Avec une imagerie puisée dans les films d’horreurs, les mangas et les jeux vidéo, l’artiste met en scène des histoires inquiétantes aux abords innocemment engageants. Rachael Tarravechia entremêle banalité et étrangeté, nous donnant ainsi le sentiment de ne plus pouvoir nous fier à ce que nous voyons, ce qui renforce celui d’illusion et de folie. Ses peintures représentent le moment précédant immédiatement l’acte de violence, et laissent le regardeur dans un état de perpétuelle crainte et d’excitation.  

Hysteria est emblématique de telles scènes. On y voit une paire de gants vides tenant un couteau dans une posture suggérant une pulsion de violence imminente. Les motifs intriqués du sol et la position du couteau évoquent Suspiria, le film d’horreur italien préféré de l’artiste, dans lequel le héros est lentement poussé à la folie au sein d’une prestigieuse académie de danse. Baignée de lumière, la piscine que nous apercevons à l’extérieur de la chambre contraste totalement avec la scène intérieure angoissante. L’horreur pointe également dans l’œuvre Blanche, dans laquelle un chat soyeux à l’air câlin cache de sombres secrets. Inspiré de House, un film d’horreur japonais sorti en 1977, le chat incarne un esprit malin suggéré par ses yeux brillants. L’idée de malice est communiquée par leur lueur verte, souvent utilisée dans les jeux vidéo pour montrer l’éclat des objets précieux.  

Tarravechia puise également dans les souvenirs des jeux vidéo auxquels elle jouait avec son frère pour créer le mobilier de ses peintures. Soul Seeker montre une salle de bain intégralement carrelée avec une faux flottant à l’arrière-plan. La faux est un composé de trois éléments empruntés aux manga Sailor Moon, Cardcaptor Sakura, et Blood-C. Les papillons volant autour de la faux et le carrelage rose brillant de la salle de bain tentent de contrebalancer le sentiment de danger inhérent à l’arme. Cette dernière resplendit de façon séduisante, invitant le regardeur à la toucher, comme si elle avait été mise là uniquement à cet effet. 

Ce procédé est de nouveau utilisé dans Counterfeit Roses pour perturber notre rapport au réel. C’est en cherchant une maison à Reno sur le site Zillow que l’artiste découvre la salle de bain au sous-sol remplie de moquette représentée dans cette œuvre. Celle-ci reproduit l’angle stratégique d’une capture d’écran où le reflet dans le miroir du mur du fond permet de quadrupler la taille de cette petite pièce suffocante. Représentée également de face dans le reflet du miroir, une rose bleue flotte au milieu de la baignoire, désorientant immédiatement le regardeur et créant un sentiment de malaise. 

Pour un œil novice, les peintures de Tarravechia semblent extrêmement séduisantes de par leurs couleurs vives, leurs contours bien nettes et leurs esthétiques clinquantes, à la frontière du réel et du fantastique magique, invitant le regardeur à rentrer et participer à l’hallucination. Mais en y regardant de plus près, les éléments inquiétants commencent à émerger, réveillant la fièvre du rêve. C’est dans cet espace liminal que se déploient les œuvres de Rachael Tarravechia et que leur lumière irradie.

Neha Jambhekar, janvier 2023

 

Expositions monographiques à la galerie
Rachael Tarravechia, New York
08 mai - 14 juin 2024

Rachael Tarravechia, Lyon
29 mars - 29 avril 2023


Expositions de groupe à la galerie
The Ecstasy of Saint Britney, New York
11 juin - 29 juillet 2022




Expositions personnelles


2023

Fever Dream, Ceysson & Bénétière, Lyon, FR


2022

Salvation in a Dogwood Bloom, Tchotchke Gallery, New York


2021

Wish You Were Here, Launch F18, New York


2020

The Viewing Room, Online Show, Launch F18, New York


2018

All That Glitters, Chinatown Soup, New York


2017

Thank You!!, Chinatown Soup, New York




Expositions collectives


2023

Homecoming, Tchotchke Gallery, New York, USA


2022

The Ecstasy of Saint Britney, Ceysson & Bénétière, New York

What's Your Dream?, Galerie Zberro, Paris, FR

Butterfly Effect, Tchotchke Gallery, New York, USA


2021

If These Walls Could Talk, Rachael Tarravechia and Julia Jo, Dinner Gallery, New York

New York Isn’t F*cking Dead, Tchotchke Gallery, New York

Of Decadence and decay, Marley Smit SVA Thesis, New York

Launch F18 10 Years, Launch F18, New York


2020

The Secret Garden, Bobblehaus, New York

Spring/Break In Excess, Spring/Break Art Fair, New York


2019

My Hollywood Mirror, Launch F18, New York

WEAVE: Pattern in Three Dimensions, Arts Brookfield, New York

Got It for Cheap, The Hole, New York

Ultralight Beams, The Mount Analogue, Seattle, WA

Sublime Banality, Here/There Gallery, Portland, OR


2018

The Shadowman meets The Feminine, Contra Gallery, New York

Speed Dating, Bomb Pop!Up, New York

SCAD BFA Painting Showcase, Alexander Hall Gallery, Savannah, GA

FIX, Welmont Venues, Savannah, GA

Alexander Collective Salon Show, Non-Fiction Gallery, Savannah, GA

Port City Review Exhibition, Alexander Hall Gallery, Savannah, GA

Winter Student Showcase, Alexander Hall Gallery, Savannah, GA


2017

Open Studio Exhibition, Alexander Hall Gallery, Savannah, GA

SCAD DeFINE Art Winter Showcase, Alexander Hall Gallery, Savannah, GA


2016

International Group Open Studio, SCAD Lacoste, Lacoste, France

SCAD Student Showcase, SCAD Hong Kong, Sham SHui Po, HK

Bibliographie


2022

Booooooom, “Artist Spotlight: Rachael Tarravechia”, booooooom.com

The New Yorker, Goings on About Town, “The Ecstasy of Saint Britney”, newyorker.com

Cultbytes, “Femme Reigns Supreme in “The Ecstasy of Saint Britney” at Ceysson & Bénétière” cultbytes.com

Artnet News, “Editors’ Picks: 13 Events for Your Art Calendar This Week, From a Film About the Chelsea Hotel to a Show Celebrating Britney Spears”, news.artnet.com


2021

TimeOut, “This new digital art exhibition argues New York isn’t dead”  timeout.com

Cool Hunting, “Brooklyn-Based Rachael Tarravechia + Anthony Eslick’s “New York Isn’t F*cking Dead” Exhibition”, coolhunting.com

Creative Boom, “Rachael Tarravechia's paintings are uneasy, sinister and satisfying”, creativeboom.com

Metal Magazine, "Interview Rachael Tarravechia: Like a Diamond” metalmagazine.eu

Whitehot Magazine, “In Conversation: Rachael Tarravechia and Marissa Graziano” whitehotmagazine.com


2020

Art Plugged Magazine, “Rachael Tarravechia: Artists Inside the Industry” artplugged.co.uk

(Print) Under The Bridge Zine, Winter 2020 


2019

Launch F18, “In Conversation: Rachael Tarravechia and Christian Graham” launchf18.com

The Stranger Newspaper

Art and About PDX 


2017

Accidental Discharge Magazine

Curated by Girls 


2016

Crybaby Zine

Conscious Magazine

High In Style Magazine 


Art Brussels
25 avril 2024